Rêves d’Abyssinie, le paradis pour amateurs de café

Il ne se passe pas une semaine où je ne savoure  la chance d’habiter à Paris, ville aux mille merveilles et curiosités. Et cette dernière découverte ne fait que confirmer mon sentiment de béatitude lutécienne. Je me devais donc de partager avec vous ce lieu de pur bonheur caféiné.

Rêves d’Abyssinie à malheureusement fermé ses portes.

reves-d-abyssinie-002

Je suis avant tout un grand amateur de thé, mais je ne rechigne pas à déguster un café de temps à autre. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, à domicile je me contente depuis de nombreuses années des capsules « what else » de l’ami Georges et des très consensuels Starbucks, à l’extérieur. Car oui, je n’ai pas peur de le dire, j’ai une sainte horreur des infâmes jus de goudron qui sont généralement servis dans les cafés parisiens. Mais quand mon fidèle complice dans mes recherches gustatives m’a fait part du concept de Rêves d’Abyssinie, ma curiosité a été piquée au vif. Il fallait impérativement tester ce lieu !

reves-d-abyssinie-003

Car aux Rêves d’Abyssinie, nous ne sommes pas chez un cafetier comme les autres. Ici la qualité est une valeur qui conditionne l’ensemble du moment que nous vivons entre ces murs. Nous sommes accueillis par un homme à la barbe folle, mais qui a fière allure. Du style, de la prestance, de l’élégance… Il s’agit de Cyril Muller, gérant et barista, passionné et passionnant !

reves-d-abyssinie-007

Visitons donc ! Pas de carte extravagante, de décoration tape-à-l’oeil, bien au contraire. Une simplicité volontaire et assumée est aussi un trait de caractère du lieu. On entre presque dans un couloir longeant un comptoir chargé de machines vintage, mais au fond se cache une petite salle très cosy. Des murs de bois blanc, lumière tamisée, une touche de mobilier rétro, un grand canapé rouge. et il n’en faut pas plus pour créer l’ambiance. Pour tout dire, on s’y sent bien, un peu comme dans une tanière à l’abri des regards et du tumulte de la rue.

reves-d-abyssinie-004

Mais revenons juste en arrière, voulez-vous ? Car il est bon de s’attarder quelques instants devant cette intrigante machine à café qui n’est autre que l’âme même de cet établissement. Il s’agit d’une authentique machine à piston UNIC de 1956, entièrement restaurée par Cyril, le propriétaire des lieux. Cette petite merveille est, de fait, certainement la plus ancienne machine à expresso encore en activité sur Paris. Et comme on peut s’en douter, cela change tout dans la tasse.

reves-d-abyssinie-005

Bien sûr, la machine n’est qu’un des éléments qui fait que le café est exceptionnel ici. Il y a aussi la qualité des grains et de leur torréfaction. Cyril sélectionne son café dans des petites brûleries parisiennes, recherchant des crus qui nous feront vibrer. Bien sûr, les cafés tournent et chaque visite devient unique, se transforme en un voyage pour les sens, une expérience gustative surprenante. Et si vous pensez que cela va vous ruiner, détrompez-vous ! 2,20€ le café servi en salle et 1,80€ au comptoir. Une misère en somme. Au-delà du café, à la carte on trouve une délicieuse limonade maison au gingembre et une intéressante sélection de thés chinois et japonais.

reves-d-abyssinie-001

Alors de grâce, si vous passez dans la rue Saint-Denis, ne vous fiez pas à la devanture qui ne paye pas de mine et franchissez sans hésiter la porte du Rêves d’Abyssinie, car vous risquez bien de découvrir enfin, ce que c’est qu’un vrai café !

Rêves d’Abyssinie à malheureusement fermé ses portes.

5 réflexions au sujet de « Rêves d’Abyssinie, le paradis pour amateurs de café »

  1. Je bois assez peu de café (je le supporte physiquement de moins en moins), mais ayant été habituée aux cafetières en métal italiennes, je ne supporte pas le jus de chaussette fait en cafetière ordinaire (que dire du café de l’hôpital, qui me rend malade en 5 minutes).
    Ce café a l’air très sympa, s’il y a du bon café ça me tenterait bien ^_^
    L’idée de la limonade maison au gingembre, géniale ! Ca doit être très rafraîchissant !

  2. J’aime boire un bon café, mais qu’est-ce qu’un bon café finalement ? Il est probable que je me contente de peu, faute de connaitre mieux. En tout cas, ça donne envie de tester ce café pas comme les autres et d’ouvrir ces horizons !

  3. Relevons l’expression « jus de goudron ».
    Ce qui, somme toute, semble approprié pour désigner
    ces trucs en tasse
    dont les garçons de café
    se débarrassent
    à longueur de journée.

    Les photos et commentaires que tu nous sers sont très sympas!
    Merci ça fait plaisirs de voir et lire de la qualité 😉

    Si je passe à Paris j’essaierais de trouver cette boutique.

    Bonnes pérégrinations culinaires
    Bye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *